Passer à l'article

Apprendre le hongrois

Voyage au bout de la langue » Parler hongrois » Apprendre le hongrois
Photo de mes notes lorsque j'étudiais le hongrois

Apprendre le hongrois… Un défi? Je voudrais partager ici les grandes lignes de l’approche que j’ai utilisée pour apprendre rapidement et efficacement le hongrois. Je ne prétends pas encore parler couramment cette langue mais j’ai atteint un niveau suffisant pour avoir des conversations de deux heures dans cette langue. Dans l’ensemble, je suis confiant dans le fait d’avoir acquis des bases solides dans cette langue et que le reste du travail consiste à gagner en vocabulaire. Pour information, j’ai atteint en deux mois un niveau que les gens atteignent généralement en années… Tout cela grâce à une bonne approche.

Je vous présente cet article en trois points :

1. Les livres pour apprendre le hongrois — il s’agit de réaliser un bon travail d’éclaireur pour avoir une bonne idée de ce qui vous servira.
2. Les rencontres en hongrois — pour parler, la raison d’être des langues
3. Les cours particuliers — comment éclairer les zones d’ombres et se débarrasser de nos doutes.

Les livres pour apprendre le hongrois

J’ai acheté beaucoup de livres pour me mettre au hongrois. Voici ceux que je recommande et, aussi, autant que je puisse me rappeler de leurs titres, ceux que je déconseille.

Livres conseillés pour apprendre le hongrois

Voici les livres que je vous conseille pour apprendre le hongrois. Aucun d’entre eux ne vous suffira, à lui seul, à avoir une conversation mais, combinés, ils vous permettent de couvrir la langue sous plusieurs angles complémentaires et de faire des progrès rapides pour pouvoir discuter dans la langue.

  • Méthode Pimsleur HungarianLa méthode Pimsleur : Pimsleur’s Conversational Hungarian. La méthode Pimsleur ne vous suffira pas à parler hongrois mais elle vous permet d’apprendre assez rapidement à prononcer quelques phrases, en prenant votre temps, ce qui vous aide à pratiquer et vous désinhibe par rapport à l’oral. Concrètement, c’est une méthode 100% audio. Vous écoutez les instructions que vous donne le narrateur puis vous répétez ce que l’on vous demande lorsqu’on vous demande. La méthode fait appel en bonne partie à votre imagination et vous met en situation. Le principal reproche que je fais à cette méthode est d’être lente mais elle est relativement efficace et aide à mémoriser de manière solide.
  • Méthode Assimil : Le Hongrois sans peineLa méthode Assimil: Le hongrois sans peine. Gros problème de la méthode Assimil : faire une promesse non tenue. Vous ne réussirez pas à apprendre le hongrois juste avec ce livre et l’audio qui l’accompagne… et il y aura bien de la peine au programme!… malgré le titre. Tout ceci étant dit, en dépit de ces arguments marketing trompeurs, c’est un ouvrage que je recommande. Le hongrois est une langue assez rare et avoir une collection de textes bilingues est un atout non négligeable. Vous aurez besoin de vous accrocher sur les 20 premières leçons environ parce que le hongrois et trop différent du français pour deviner grand chose et parce que le livre contient peu d’explications. Cela signifie que, au début, en lisant le texte en français sur la page de droite, vous ne comprendrez pas pour autant le texte hongrois sur la page de gauche. Vous passerez beaucoup de temps à basculer entre le texte hongrois, le lexique puis le texte français pour savoir quel mot correspond à quel autre. Comme vous vous habituez à la structure de la langue, il deviendra plus facile de deviner des choses sans recourir à l’index à la fin du livre. Ce livre est assez long et pourra vous accompagner pendant des mois. Vous aurez aussi plaisir à vous y replonger et à constater vos progrès. Une perte d’argent si vous abandonnez le hongrois après les premières difficultés, un bon investissement si vous persévérez.
  • Practical Hungarian Grammar – Miklós Törkencz.Practical Hungarian Grammar par Miklós Törkencz (livre de grammaire hongroise) Pour savoir tout ce qu’il y a à savoir sur la structure des phrases et des mots hongrois. Le hongrois est une langue dite agglutinante, cela signifie que les mots de fonction que l’on place avant les mots principaux, dans une langue comme le français ou l’anglais (les articles, préposition, etc.), sont remplacés, en hongrois, par un système où l’on ajoute des syllabes à la fin des mots. Cela crée une logique différente du français, pas plus difficile mais un changement d’habitude qui est aussi ce qui rend la langue hongroise exotique et excitante à apprendre selon moi. Par exemple, en français on dira « Dans ta chambre » (3 mots) et, en hongrois, on dira « Szobadban » (1 seul mot, j’ai mis en couleur les éléments qui se correspondent niveau sens : « szoba » signifie chambre, « -d » signifie « ta » et « -ban » signifie dedans). Bref! Tout cela pour dire qu’un bon livre de grammaire vous indiquera le sens des différentes formes et comment les utiliser. C’est exactement la fonction que remplit Practical Hungarian Grammar. Il vous faudra vous accrocher pour le finir parce que cela reste de la grammaire mais, à chaque fois que vous avancez dedans, vous gagnerez en compréhension de la langue hongroise. Ce livre et ces connaissances vous aideront à mieux observer et, partant de là, à mieux mémoriser et comprendre. Ce livre est en anglais. Il est plutôt  facile à trouver en librairie en Hongrie. Il m’a énormément aidé à apprendre e hongrois en sachant ce qui m’attendait ; il m’a en somme rendu la langue intelligible.
  • Livre de conjugaison Verb Conjugation Tables: Hungarian chez PONSVerb conjugation tables: Hungarian (chez PONS). En nombre de formes à mémoriser, la conjugaison hongroise est de taille comparable aux conjugaisons française ou espagnole. Cela signifie plusieurs dizaines de formes à mémoriser pour chaque verbe avec des motifs réguliers que l’on peut observer mais, aussi, beaucoup d’exceptions. Le plus simple pour mémoriser tout cela est de pratiquer. En revanche, il est toujours frustrant de buter sur un mot que l’on connaît à la deuxième personne du singulier mais pas à la première personne, par exemple. Les tableaux de verbes tels que présentés dans ce livre seront utiles pour vous habituer à conjuguer et pour apprendre plus rapidement. Apprenez quelques verbes chaque jour, en priorités les plus courants (qui sont souvent les plus irréguliers) et vous trouverez du plaisir à savoir les réutiliser puis les dompter dans vos interactions avec les hongrois.
Honnêtement, je ne connais pas de produits tout fait de très bonne qualité pour commencer le hongrois. La méthode Assimil m’a permis de m’habituer à la langue puis, après avoir emménagé sur place, les rencontres m’ont aidé à apprendre du vocabulaire de base, tandis que les deux autres livres ci-dessus m’ont aidé à comprendre où j’allais pour décomposer le hongrois en éléments plus digestes et l’assimiler peu à peu. Cette combinaison de quatre livres m’a au final permis de très bien comprendre comment fonctionne le hongrois et de rendre abordable une langue réputée difficile… Ce qui n’est pas si mal!
Enfin, catégorie à part, les dictionnaires! Je vous recommande la paire de dictionnaires hongrois suivante (anglais-hongrois et hongrois-anglais) :
  • Akadémiai Kéziszótár Angol-Magyar et Akadémiai Kéziszótár Magyar-Angol. Ce sont de bons dictionnaires auxquels vous pouvez faire confiance. Prenez la version avec CD-ROM (normalement pour le même prix) qui vous permettra de gagner du temps lorsque vous êtes sur l’ordinateur. Enfin, je recommande ces dictionnaires anglais-hongrois mais il en existe également en français-hongrois chez le même éditeur, Akadémiai. La raison pour laquelle je vous les recommande en anglais est que ce sont ceux que j’ai utilisés et que je suis bilingue en anglais, ce qui me semble une étape indispensable avant d’attaquer une troisième langue.

Livres déconseillés

En matière de langues vivantes, on entend souvent dire que tout dépend du style d’apprentissage de chacun. Je suis d’accord en partie avec cela. Pour autant, je continue de penser qu’il y a des méthodes et des livres à éviter. Je changerai d’avis le jour où je rencontrerai des personnes ayant utilisé ces moyens avec succès. Le pire étant : certains ouvrages qui se vendent très bien, par exemple parce qu’ils sont faciles à trouver, sont des pertes de temps et d’argent. Pour apprendre le hongrois, vous aurez besoin d’un peu d’argent (pour voyager, prendre des verres, des cours particuliers, etc.) alors j’espère vous aider à l’épargner avec les avertissements suivants.

J’ai acheté les livres suivants et je considère qu’ils sont une perte d’argent :

  • ??? [je dois retrouver le titre] Un livre très scolaire où l’on « apprend » à dire « Je suis français. Je suis russe. Je suis allemand.. etc. Toi, d’où es-tu? ». Ce genre de phrases a son utilité mais quel intérêt à y passer des dizaines de pages et des semaines de cours? Je comprends l’origine de tels livres, conçus avec l’idée d’aborder l’univers d’une salle de classe remplie d’étrangers qui apprennent la langue… Seulement, à essayer de plaire à tout le monde, on finit juste pas être d’un ennui mortel, plat. Ce type de livre souligne aussi ce qui est à mon humble avis une mauvaise idée : mettre des étrangers entre eux pour apprendre une langue. Le but devrait être de s’immerger (entouré de hongrois, en l’occurrence) pas de créer des conversations vaines dans un environnement qui va contre vos progrès (une tour de Babel). [Je cherche malheureusement toujours le titre de ce livre qui a, je crois, atterri dans le grenier d’une amie.]
  • Halló, itt Magyarország! Un livre là-aussi très scolaire, rempli de phrases à trous et essayant d’égayer la grammaire à l’aide de dessins, sans y parvenir. Les phrases à trous sont ennuyeuses pour un débutant et n’aident pas à mémoriser. Lorsque l’on a un niveau suffisant, à l’inverse, elles sont évidentes et le livre n’a alors pas vraiment d’intérêt. L’approche un peu trop fondée sur la grammaire néglige le fait que lorsque l’on est exposé à une langue de manière vivante, on en acquiert naturellement la grammaire alors que, à l’inverse (et c’est ce que je reproche à ce livre et au précédant) : lorsque l’on approche une langue par la grammaire, non seulement on s’ennuie, mais cela n’aide PAS à parler. C’est le débat « apprendre versus acquérir » ou « étudier versus pratiquer ». Pratiquer et acquérir amènent toujours à développer sa capacité à communiquer dans la langue tandis qu’apprendre et étudier n’amène souvent pas à communiquer, en laissant l’élève à un niveau théorique, au lieu de le faire passer à un niveau pratique… J’y reviendrai dans d’autres articles. A la base, c’est le problème d’utiliser une approche artificielle versus une approche naturelle.

{Cette liste est en attente de mise à jour. Je voyage léger et attends de retrouver la liste de ces livres que j’ai acheté pour apprendre le hongrois mais qui ne m’ont servi à rien. D’ici là, je ne peux que vous conseiller d’éviter les ouvrages très scolaires. Ils vous donnent l’impression de travailler — ce qui semble rassurant et raisonnable — mais ne vous aident pas à mémoriser ou à acquérir la langue.}

Les rencontres pour apprendre le hongrois

Lorsque je vivais encore sur Paris, j’ai visité à plusieurs reprise l’association Les Mardis Hongrois, qui se réunit un mari sur deux dans le centre de Paris. Je ne pouvais rien y dire das la langue avant ma vie en Hongrie mais cela a nourri à la fois ma frustration et ma motivation ( il reste possible et courant de parler uniquement français en se rendant aux soirées de l’association donc ne vous inquiétez pas d’y aller avec un niveau débutant). A mon retour de Budapest, après 2 mois, je pouvais y tenir des conversations tout en hongrois. Ils se retrouvent un mardi sur deux près de Châtelet. Lien vers le blog de l’association à la fin de l’article.

J’ai commencé à me servir de CouchSurfing en arrivant à Budapest, d’abord simplement pour aller boire des verres et apprendre quelques mots (ou plutôt expressions) tout en passant un bon moment. J’ai également utilisé ConversationExchange avec succès pour cela. Vous pourriez vous servir de ces deux sites pour rencontrer des gens à distance avant même d’être dans une ville qui vous intéresse. J’écrirai un petit guide sur Budapest pour vous donner ausi dees idée d’endroits où sortir pour rencontrer du monde et vous amuser.

Il est à mon avis plus intéressant de faire un saut en Hongrie pour quelques jours ou semaines et de vous faire des amis sur place, plutôt que d’essayer de vous faire plein d’amis via Internet. Trouvez des contacts pour vous héberger en couchsurfing, partez à l’aventure un week-end ou plus, puis amusez-vous sur place! Vous rencontrerez du monde et il est facile ensuite de garder le contact avec Facebook, par exemple, pour continuer ou même juste commencer à pratiquer le hongrois. N’ayez pas peur d’arriver là-bas et de ne pas parler la langue ou de ne connaître que des bribes.  Les billets Paris-Budapest sont vraiment bon marché si vous vous y prenez à l’avance (l’idéal est de les prendre au moins 2 mois avant, ensuite les prix commencent à augmenter) et le sentiment d’aventure enrichira votre motivation.

Un mot sur les auberges de jeunesse… Sur environ 2 mois et demi d’affilée à vivre à Budapest, j’ai passé les 3 premières semaines en auberge. J’ai de bons souvenirs d’auberges de jeunesse en général : c’est convivial, économique et — contrairement à une idée reçue — elles sont souvent très bien tenues. En revanche, sur mes 3 semaines passées en auberge, je n’ai rien appris en hongrois. Pour apprendre l’anglais, épousez les auberges de jeunesse comme une aubaine pour apprendre. Pour une langue rare comme le hongrois, fuyez-les pour créer votre immersion.

Les cours particuliers pour apprendre le hongrois

J’ai pris environ 2 mois de cours particulier pour apprendre le hongrois. J’avais peu de temps donc je voulais y aller à fond. J’ai pris des cours avec deux professeurs différents en parallèle. 1 x1H30 par semaine avec un homme qui parlait de nombreuses langues et enseignait surtout le russe, mais était très cher. 2 x 1H30 avec une femme très sympathique et très bonne pédagogue. Avec le premier, je révisais surtout la grammaire (au sens où je revoyais ce que j’avais lu dans Practical Hungarian Grammar tout en pouvant poser des questions) et, avec la seconde, je discutais longuement de tout, de manière très sympathique, tout en posant des questions sur mes zones d’ombre. Apprendre le hongrois avec ces professeurs a été une chance.

Vous ne trouverez pas ce niveau de précision, de personnalisation ni de conversation dans les cours collectifs.

Je considère que mon travail personnel (méthodes papier et audio) nourrissait mon cerveau en informations de base sur la langue puis que ma pratique (contenus en hongrois, rencontres, vie quotidienne) les mettaient en route, même si de manière un peu précaire au début (il faut bien commencer quelque part). Ensuite, mes cours particuliers me permettaient de renforcer ce que j’avais appris personnellement afin de faire le tri et d’augmenter en confiance. C’est un travail de révision et d’élimination (on élimine les doutes, ce qui fluidifie notre manière de parler). Enfin, mes rencontres et mes aspirations m’amenaient à réutiliser tout ce que je viens de citer de manière plus vivante et naturelle — la vraie vie!

Je vous conseille un format d’1H30 pour vos cours particuliers. Cela laisse suffisamment de temps pour faire beaucoup de choses tout en étant suffisamment court pour ne pas atteindre la zone grise où l’on n’est trop fatigué pour continuer à se concentrer. Enfin, tout bêtement, allez-y reposé et frais autant que possible. Je vous conseille de faire cela au début de votre journée. Oh… et amusez-vous! Vous êtes le roi (ou la reine) dans un cours particulier, c’est à vous de choisir ce que vous voulez apprendre.

Conclusion

Dès que j’ai un peu de temps, je vous présenterai également des informations claires et importante sur la prononciation du hongrois et sur la grammaire hongroise. En complément de tout ceci, voyez mon autre article Ressources pour apprendre le hongrois, afin de vous créer une situation d’immersion dans la langue.

Enfin, si vous désirez un bon professeur de hongrois, je ne peux que vous recommander d’appeler mon amie Ibolya, avec qui j’ai énormément appris et qui vit à Buda (le quartier Ouest de Budapest).
Son numéro : GERGELY Ibolya, 06-70-2384-184 . Elle parle bien anglais et est devenue, au fil des leçons, une amie.

Liens externes

  • CouchSurfing http://www.couchsurfing.org Boire un verre, héberger, se faire héberger ou participer à un évènement.
  • ConversationExchange http://www.conversationexchange.com Trouver un partenaire avec qui pratiquer une langue, par e-mail, par Skype ou en personne.
  • Libri http://www.libri.hu Chaîne de librairies hongroises.  Ce sont de bons magasins en Hongrie. Pas essayé de commander depuis la France, si vous le faites, dites-moi ci-dessous ce que cela donne pour vous (frais de port, temps de livraison).
  • Les Mardis Hongrois http://mardishongrois.blogspot.com Association pour ceux qui aiment la Hongrie, sur Paris.
Ne manquez rien du blog! Abonnez-vous gratuitement pour recevoir le prochain article dès sa parution.

Publié le 14 mai 2012
Cet article, Apprendre le hongrois, a été écrit par Fabien Snauwaert.

Fabien Snauwaert

Actuellement sur un tour du monde pour apprendre de nouvelles langues vivantes, Fabien a embrassé la vie de nomade en travaillant sur Internet. Vous pouvez suivre ses aventures grâce à son blog Voyage au bout de la langue, où il partage récits de voyage et conseils pour apprendre à parler anglais, hongrois, espagnol ou russe.

Partagez vos idées

Quelques consignes simples pour que les commentaires restent agréables pour tous.
  • Pas de pub, pas de spam et pas de messages ultra-courts qui n'apportent rien.
  • Ecrivez uniquement dans une des langues évoquées sur ce site. Quelle que soit la langue dans laquelle vous écrivez, prenez soin d'écrire un message sans faute (les correcteurs d'orthographes sont un bon début).
  • Si vous êtes l'auteur d'un blog, laissez votre URL dans le champ Site Web et signez avec votre prénom, cela détectera automatiquement vos articles récents. (Si vous voulez laisser le nom de votre blog, ce que je comprends, laissez-le entre parenthèses après votre prénom). Pas d'URL dans le corps du message. Pour un partenariat, contactez-moi en privé.
  • Enfin, les critiques sont les bienvenues tant qu'elles sont constructives. Sinon... Amusez-vous! Merci de participer à la vie de ce blog :-)

CommentLuv badge

7 participations sur Apprendre le hongrois :

  1. Pingback : Comment apprendre l'anglais en s'amusant

  2. Bonjour Fabien.
    Je te remercie pour toutes ces informations.
    Je suis né de parents Hongrois au Canada – au Québec plus précisément. Les 5 premières années de ma vie l’ont été en Hongrois. Malheureusement, je ne l’ai pas vraiment utilisé depuis, et à part quelques mots par-ci par-là, j’ai tout perdu.
    Mon fils a décidé de demander à sa grand-mère de lui apprendre cette langue, ce qu’elle s’est empressé d’accepter, et je ne suis joint à lui pour suivre ces cours.
    Nous utilisons principalement « Assimil: Le hongrois sans peine » – nous n’en somme qu’à la leçon 15, et je confirme que c’est un peu ardu. Par contre, on fait des progrès et j’ai bon espoir.
    J’aimerais énormément retourner en Hongrie – j’y suis allé en ’82 – mais cette fois avec ma femme et mon garçon, mais je crois que ça devra attendre quelque années.
    Le Couch-Surfing serait très intéressant, mais pas à trois, donc ça sera un peu plus dispendieux, et probablement pas une immersion tant souhaité – ma femme ne participe pas à nos cours. Par contre, je compte bien y retourner un de ces jours!

    Merci encore de partager ton expérience et ta méthode – ça me donne plus confiance en moi (en nous).

    Olivier Zoltan.

  3. Bonjour,

    j’apprends le hongrois en autodidacte avec une méthode que je recommande et qui n’existait pas au moment où vous avez écrit ce post (2012) : il s’agit de magyarok dont vous avez une présentation ici en anglais :
    http://magyar-ok.hu/en/home.html
    Attention, elle est entièrement en hongrois. Mais sur le site, des traductions des instructions sont fournies en anglais, en allemand et parfois en tchèque et en polonais (je ne connais que l’anglais, j’avais pris espagnol au lycée ;-) ).
    Je la trouve très complète mais attention, peut-être trop pour certains : elle est très exigeante avec beaucoup de vocabulaire à mémoriser et pas mal de grammaire mais claire et bien expliquée. Il faut s’accrocher mais on progresse vraiment.
    Pour les corrections des textes écrits, je vous recommande de vous inscrire sur un de ces sites où on s’échange des services : je te corrige ton texte en français et tu me corriges le mien hongrois. ça marche et on voit quelles sont nos erreurs.

    Je précise que je n’ai abordée MagyarOK qu’après avoir finila partie 1 de la pimsleur (très lente en effet mais le hongrois me faisait peur alors j’ai préféré y aller doucement) et un peu de Teach Yourself qui m’a parue trop compliquée et mal expliquée (je comprends lentement, surtout quand c’est du hongrois…) : je n’ai pas dépassé la leçon 4 de Teach Yourself…
    Sinon, j’ai l’impression que Colloquial Hungarian n’est pas mal mais je n’ai fait que la survoler.

    Voilà. J’espère que ça vous donnera envie d’essayer MAgyarOK parce que ça vaut le coup (un peu cher quand même : 43€ le livre de cours et le cahier d’exercices avec les frais de port ; l’audio est sur le site à télécharger très facilement et gratuitement).
    Un détail, on ne peut se la procurer que sur leur site, ou sur celui de la librairie européenne (mais c’est plus cher).

    Bon courage à tous !

    GL

  4. Bonjour Fabien

    J’aime beaucoup ma Hongrie.
    Je travaille actuellement à apprendre l’anglais avec ma propre méthode. Ensuite, je compte me lancer sur le Hongrois.
    Je verrais cela plus tard.
    amicalement

    Thierry Demilly

  5. Szia!
    merci pour cet article, il me redonne la foi ! J’aime apprendre des langues et j’ai commencé l’estonien puis le hongrois. Ce n’est pas facile. Au début, on a peur des 20 et quelques cas de déclinaison, jusqu’au jour où on réalise que le problème, c’est loin d’être les déclinaisons… Alors, merci pour cet article qui redonne la foi et à bientôt !
    Köszönöm :-)

  6. Pingback : Combien de mots pour parler anglais ? · Vocabulaire anglais et nombre de mots